Newsletter Infrastructures Numériques - n°1 (4e trimestre 2011)

La Newsletter Infrastructures Numériques
Newsletter n°1 - 4ème trimestre 2011

Edito - Nous vivons une époque extraordinaire
- par Richard Toper, président de l'Atelier Très Haut Débit

Ces derniers mois, nous sommes tous remplis d’inquiétude à cause d’un environnement plein de risques : crises financières, catastrophes , accidents nucléaires, troubles, révoltes, …

Le monde craque, le monde change, notamment avec la disruption de l’économie numérique. Acteurs du très haut débit, nous avons la grande chance de participer à la grande aventure du numérique : de nouveaux outils qui vont révolutionner la vie de chacun et chacune. Tout va changer dans ce 21ème siècle :

  • La vie quotidienne, avec une population vieillissante qui sera de plus en plus connectée, avec une jeunesse qui bougera et inventera de nouveaux usages, avec la relation au travail qui ne sera plus métro, boulot, dodo.
  • L’enseignement, puisque le savoir est disponible partout, pour tous. Nos enfants ont déjà changé de monde, comme l’a rappelé récemment le philosophe Michel Serres, qui en référence à leur habileté à écrire des SMS, les surnomme Petit Poucet et Petite Poucette . Rappelez-vous que l’imprimerie a permis de diffuser la connaissance …
  • L’économie, avec une augmentation inéluctable des coûts de l’énergie et du transport, avec la disparition progressive de la rente dévolue à celui qui détient l’information
  • La santé, où le partage des informations et la télémédecine sont les éléments clés pour conserver une médecine de qualité en maîtrisant les coûts.
  • La finance, avec de multiples innovations comme le « High Frequency Trading ».
  • L’architecture en nuage (« cloud computing), avec ce qu’elle apporte en souplesse mais également en exigences de disponibilité, de confidentialité et de réactivité.
  • Le travail et l’administration, puisque après que les machines ont repris une grande partie du travail manuel, aujourd’hui on automatise le traitement routinier des informations.

Rappelons sans cesse ces objectifs, car un nouveau monde se construit chaque jour et nous avons la chance d’en être les acteurs.

Tous ces services de demain, résultats de la révolution numérique que nous commençons à entrevoir, ne seront possibles que grâce à des infrastructures Très Haut Débit fiables et performantes. Sans papier, sans imprimerie, il n’y a ni livre, ni journal, ni littérature, ni informations ! Sans routes, voies ferrées, et aéroports, pas de transports.

Aujourd’hui, pour permettre de réussir dans les métiers de demain, notre génération doit commencer à construire les réseaux qu’utiliseront nos enfants et petits enfants. C’est ce qu’ont compris de nombreux pays neufs et dynamiques ; en Europe occidentale, nous avons plus de difficultés à franchir les multiples obstacles financiers, réglementaires, politiques. Beaucoup de questions sont encore ouvertes dans notre pays :

  • Quelle est la place de l’initiative publique sous ses multiples avatars : Etat, collectivités, Europe, Autorités ? Quelle est la place des initiatives privées : opérateurs, entrepreneurs, financiers ?
  • Comment financer les investissements, notamment dans les zones rurales ? Comment créer les bases de l’économie numérique ?
  • Quel calendrier ? Quels choix technologiques ? Faut-il des solutions d’attente avant le FTTH ?

Voici le n°1 d’ATENA Infrastructures Numériques, la newsletter qui traitera de l’actualité du Très Haut Débit fixe et mobile.

Richard Toper
(Setics, www.setics.com)

(IREST, www.irest.org)

Guide sur le déploiement de la fibre optique à l’usage des élus et des collectivités territoriales

[ Télécharger le .pdf ] - Source : ARCEP


La diffusion des technologies de l'information et de la communication dans la société française

[ Télécharger le .pdf ] - Source : CREDOC 2010


Cahier des charges Appel à projets Programme National "Très Haut Débit" "Réseaux d’initiative publique"

[ Télécharger le .pdf ] - Source : Ministère de l'Economie, des Finances et de l'Industrie

La fibre optique : l’autoroute numérique de demain, cherche son cercle vertueux

La fibre optique est l’avenir de l’Internet. Malgré un plan de déploiement ambitieux, ce réseau du XXIe siècle peine à rencontrer le succès. Moins de 5% des foyers sont raccordés au très haut débit. Parmi eux, à peine une famille sur dix a choisi d’y souscrire... [ lire l'article ]

Source : Le nouvel économiste


Les défis du plan France Numérique 2020

Eric Besson et son équipe orga­ni­saient un “apéritif républicain” à Bercy le 21 juillet 2011 à l’occasion du lancement d’une consultation nationale pour la préparation du plan France Numérique 2020... [ lire l'article ]

Source : Opinions libres, le blog d'Olivier Ezratty


Germany's regulator gives go-ahead for more 800 MHz LTE deployments

Germany's telecoms regulator declared that the country's mobile networks have met the coverage requirements associated with the 800MHz band in North-Rhine Westphalia and Saarland. That means T-Mobile, Vodafone and Telefónica's O2 are now allowed to use the frequencies assigned to them in the band as they want... [ lire l'article ]

Source : Fierce wireless europe


Très haut débit : les maires ruraux ne veulent pas attendre

L’Association des maires ruraux de France a publié, en forme de teasing, les premiers résultats d’une enquête qui seront intégralement dévoilés lors de RURALITIC, le 31 août 2011. Elle porte sur la perception, par les élus, de l’enjeu lié au déploiement du très haut débit... [ lire l'article ]

Source : LaGazette.fr


La transition vers le très haut débit : pourquoi faut-il assurer la montée en débit des réseaux d’accès à l’Internet ?

L’étude réalisée en 2010 pour l’ARCEP et le CGIET (Conseil général de l’industrie, de l’énergie et des technologies) démontre que l’insatisfaction des usagers de l’internet fixe va croissant, et cela de manière sensible... [ lire l'article ]

Source : ANT (Aménagement Numérique des Territoires)


L'Internet pourrait ne plus être illimité dans les foyers

Selon le site d'information Owni, la Fédération Française des Télécoms et les opérateurs seraient en train de réfléchir à limiter les offres dans le but d'améliorer la gestion du trafic. L'UFC Que Choisir proteste... [ lire l'article ]

Source : Le Figaro


Les géants des télécoms veulent imposer un Web à plusieurs vitesses

Les patrons de Vivendi, Alcatel et Deutsche Telekom plaident devant la commissaire européenne Neelie Kroes pour une réglementation assouplie afin de développer le haut débit. Moins de régulation pour accélérer le déploiement du très haut débit en Europe, quitte à froisser les défenseurs de la Net neutralité... [ lire l'article ]

Source : La Tribune


Lancement de l’appel à projets "Programme national très haut débit - Réseaux d’initiative publique"

Bruno LE MAIRE, ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du territoire, Eric BESSON, ministre chargé de l’Industrie, de l’Energie et de l’Economie numérique, et René RICOL, Commissaire général à l’Investissement, annoncent le lancement aujourd’hui de l’appel à projets "Programme National Très Haut Débit - Réseaux d’initiatives"... [ lire l'article ]

Source : Ministère de l'Economie, des Finances et de l'Industrie


Le très haut débit en France : une situation alarmante

Alors que le triple play français sert de modèle à de nombreux pays, le rapport d'Hervé Maurey relativise la situation du haut débit dans l'Hexagone et pointe du doigt les difficultés du pays à basculer vers les très haut débit. Si l'on en croit le rapport, la situation est plus qu'inquiétante pour nos connexions... [ lire l'article ]

Source : Degroup News


Observatoire de l’ARCEP : l’Internet mobile ralentit

L'observatoire trimestriel des marchés des communications électroniques été publié par l'ARCEP. Les chiffres du premier trimestre révèle un ralentissement des abonnements à l'Internet mobile. Quant aux très haut débit, le succès est au rendez-vous... [ lire l'article ]

Source : Degroup News


Déploiement d’un réseau LTE expérimental sur le Plateau de Saclay

... [ lire l'article ]

Source : Optics Valley


Lorsque le très haut débit crée des services innovants

Plus puissant et plus rapide, le très haut débit stimule la créativité des entreprises, comme le prouvent les projets soutenus par le pôle de compétitivité Cap Digital... [ lire l'article ]

Source : 01 Net Entreprises


FTTH : toujours pas en phase industrielle

Une fois de plus les chiffres sortent et ils sont décevants. Il n’y a même pas un frémissement dans la construction des prises FTTH, au deuxième trimestre 2011. Le rythme annuel (300.000 logements rendus "raccordables") emmène toujours sur un horizon d’un siècle... [ lire l'article ]

Source : AVICCA


Le réseau de télé-imagerie du Centre prend de l’ampleur

Le réseau de télémédecine de la région Centre, constitué autour de l’expertise en neurochirurgie et en neurotraumatologie du CHU de Tours, s’étend progressivement à des nouveaux sites hospitaliers et à d’autres spécialités médicales... [ lire l'article ]

Source : TIC Santé


Le très haut débit, partout, pour tous, vite ! Comment y parvenir efficacement

Historique ET AMBITIONS des travaux

Depuis plusieurs années, souvent via des recherches personnelles conduites en plus de mes missions de directeur du développement et de l’ingénierie des réseaux support à France Telecom puis de directeur du haut débit, très haut débit et des relations avec les collectivités territoriales à l’ARCEP, j’ai eu la volonté et l’ambition d’œuvrer à définir et proposer des stratégies efficaces de couverture de tout le territoire en HD et THD.

Quelques exemples : Plan Haut Débit pour Tous de couverture de tous les répartiteurs de France Telecom (3000 NRA par an entre 2004 et 2006) ; création de l’offre NRA-ZO ; évolution de l’offre régulée de Génie Civil de FT avec introduction d’une péréquation ; travail de dédiabolisation de la Montée en Débit mais avec la nécessité d’un encadrement pour que cela bénéficie à tous ; cadre réglementaire de la fibre sur 95% du territoire soit hors des zones très denses avec forte mutualisation (90% de la boucle locale) et un accès en coinvestissement par tranches possible ex ante et ex post ; propositions d’architectures et d’ingénieries industrialisables sur la fibre ; propositions de solutions modulaires pour les Points de Mutualisation fibre et réduire les coûts d’intervention ; propositions de nouveaux montages financiers et nouveaux jeux d’acteurs pour la Montée en Débit sur cuivre et le FttH ;…

Alors que le cadre législatif et réglementaire est finalisé pour le FttH, que les investissements d’avenir sont mis à disposition par l’État, que la France dispose d’un environnement très favorable sur le HD dont des opérateurs puissants et innovants avec une couverture de tout le territoire, que des annonces sont faites par ces opérateurs privés, force est de constater objectivement que nous restons dans une spirale « attentiste » sur le THD, faute d’un environnement suffisamment incitatif et rentable à une couverture exhaustive d’ici 2025 et à une migration rapide du HD vers le THD. La France prend ainsi un retard très préjudiciable à l’ensemble de la société en ne capitalisant par sur son avance du HD, alors même que dans la concurrence mondiale, posséder une infrastructure fibre « pervasive » sur tous les territoires, pour tous, à un tarif abordable, est un prérequis impératif à la croissance, aux nouveaux usages et services et pour prendre toute sa place dans la révolution numérique en cours.

Ainsi des actions publiques incitatives restent à étudier et à mettre en œuvre pour compléter les initiatives déjà lancées et assurer un cadre dynamique et rentable pour ces acteurs privés. Pour cela des aspects multiples doivent être appréhendés comme les aspects financiers et économiques, l’aspect temporel des déploiements et les flux financiers associés, le levier de l’ingénierie financière, les jeux des acteurs privés et publics, l’industrialisation et l’efficacité des solutions techniques et opérationnelles, le cadre concurrentiel, législatif et réglementaire, les attentes des clients, les perspectives futures de revenus, les risques et qui les prend,…

Or j’ai eu de longue date la conviction fondée sur mes expériences et sur mes échanges avec divers acteurs (opérateurs, acteurs publics dont collectivités, associations, industriels, cabinets de conseil, experts,…) qu’un tel cadre dynamique, efficace et incitatif était possible via l’initiative publique en relai et complément de l’initiative privée pour couvrir rapidement tout le territoire de manière rentable. Pour passer d’une simple conviction à une proposition de stratégie suffisamment étayée, il était nécessaire de m’y consacrer à temps plein. C’est ainsi que début 2011 j’ai retenu la proposition d’un poste de chargé de mission à l’Institut Télécom-Télécom ParisTech :

«Le Très Haut Débit, Partout, Pour Tous, Vite ! Comment y parvenir efficacement ? »

PREMIERS Résultats

Après plusieurs mois consacrés aux études théoriques et pratiques de divers facteurs pouvant influencer le déploiement du THD et de natures très variées (techniques, temporels, réglementaires, financiers, tarifaires, concurrentiels,…) une modélisation sous Excel a été réalisée. Cette modélisation permet d’évaluer et visualiser en temps réel les effets de ces divers facteurs et donne ainsi une vision transversale et globale du cadre obtenu.

Ces travaux et la modélisation associée démontrent que l’initiative publique en relai et complément de l’initiative privée, dispose dès à présent des moyens de desserrer les freins du THD et de créer un cadre incitatif pour couvrir efficacement et rapidement tout le territoire. Pour obtenir ces résultats trois axes d’actions sont impératifs :

  • Nécessité de clarifier le jeu d’acteurs en séparant les rôles d’Opérateur constructeur et exploitant du Réseau, d’Opérateur de Gros sur un réseau d’initiative publique et d’Opérateurs Commerciaux privés. Cela permet de modéliser deux aspects fondamentaux : les effets temporels et les intérêts propres de chaque type d’acteur.
  • Nécessité de remettre la finance au service d’une ambition territoriale via de l’ingénierie financière assise sur de la dette de long terme. Cela permet en agissant sur les aspects temporels des flux de trésorerie et avec l’effet de levier de l’emprunt, de créer un cadre rentable et incitatif à une migration rapide du HD vers le THD.
  • Nécessité de standardiser tout ce qui est mutualisable pour plus d’efficacité économique et être capable de déployer rapidement une telle infrastructure. Cela nécessite notamment d’industrialiser des lignes de production, ce qui simplifiera la formation des techniciens, facilitera la pose tout comme l’exploitation et apportera in fine une meilleure qualité de services que sur le cuivre. A minima nécessité d’uniformiser les cahiers des charges des réseaux d’initiative publique, ce qui ne peut se réaliser qu’au niveau national, dans un cadre public et neutre.

« Un cadre incitatif au déploiement du THD est possible avec la réglementation et les acteurs actuels »

Ces travaux ont aussi permis de modifier nombre d’assertions préconçues et donnent in fine beaucoup de résultats rassurants pour peu que cette initiative publique soit mise en œuvre :

  • La législation et les acteurs privés et publics actuels conviennent. Pour mettre en œuvre ces initiatives publiques il n’est ainsi pas nécessaire de séparer fonctionnellement France Télécom ou de créer un acteur public national.
  • L’action publique peut être initiatrice, efficace et ceci même dans l’hypothèse d’un financement public restreint par la crise financière et la réduction de la dette publique. En effet via le cofinancement inscrit dans la réglementation le recours nécessaire à la dette de long terme pourrait in fine reposer presque intégralement sur les coinvestisseurs privés qu’ils soient Opérateurs Commerciaux ou Opérateur de Gros d’un réseau d’initiative publique. En outre, pour compléter les garanties éventuelles apportées par les acteurs publics aux prêteurs, cette dette privée peut être gagée par l’infrastructure pérenne et incontournable déployée. L’initiative publique, nécessaire en complément de l’initiative privé déjà lancée, peut ainsi prendre d’autres formes plus efficaces que la seule subvention à la venue des Opérateurs Commerciaux privés.
  • L’action publique, via les obligations portées sur l’Opérateur de Gros du réseau d’initiative publique, peut aussi garantir la disponibilité d’une offre fibre avec un tarif uniforme sur tout un territoire et d’un niveau incitatif à une migration rapide du HD vers le THD pour les Opérateurs Commerciaux privés.
  • Avec une planification et construction d’une zone étalées sur plusieurs années, le coinvestissement permis par la réglementation et des offres tant de location que d’investissement attractives car basées sur une ingénierie financière efficace tenant notamment compte de l’existant HD, il est à la fois possible de lisser dans le temps les investissements et d’avoir un intérêt financier immédiat pour les Opérateurs Commerciaux HD à migrer vers le THD au plus vite. Au final même sans prendre en compte les externalités ou des services et revenus nouveaux un cadre dynamique auto-réalisateur et rentable permettrait ainsi de couvrir tout le territoire d’ici 2025.
  • L’Opérateur constructeur du Réseau et l’Opérateur de Gros retenus suite à initiative publique ont un rôle clé dans ce cadre dynamique. Hors cas particuliers, régies locales par exemple, ces opérateurs seront des opérateurs privés qui trouveront à faire une activité rentable.
  • Dans le cadre proposé, d’après les études et simulations faites, France Télécom trouverait, tout autant voire plus que ses concurrents, un intérêt financier, concurrentiel et d’image à accompagner les initiatives publiques complémentaires. Notamment le cadre réglementaire actuel fait que les pertes financières liées aux migrations HD vers THD seraient limitées pour France Télécom propriétaire de la boucle locale cuivre et plus que compensées par des chiffres d’affaires et marges nouvelles sur le THD. 

« à ces conditions, l’initiative publique locale, accompagnée par le niveau national, peut être fortement incitative à la couverture rapide de tout le territoire et s’avérer rentable pour les opérateurs privés »

Source : Joël MAU (chargé de mission à l’Institut Télécom-Télécom ParisTech)

 

 

4 et 6 octobre
Paris Expo
OPTO (salon des solutions optiques)
En savoir +
6 octobre
Paris
Les Jeudi de la Fibre optique
En savoir +
24 octobre
ISEP
Soirée Networking
(Evt Forum ATENA)

En savoir +
4 novembre
Institut Catholique
Identité Numérique
(Evt Forum ATENA)
En savoir +
22 et 23 novembre
Paris
Territoires et Réseaux d’Initiative Publique
En savoir +
30 novembre
Paris Dauphine
4ème édition des Assises du Numérique
En savoir +

 

En partenariat avec :