Atelier "Etat Plateforme" du 12/03/2018 : "L’Etat et la dette"

A l’occasion de la séance de l’atelier « L’état Plateforme » du 12 mars 2018, Christophe Dubois-Damien a présenté au Forum Atena, sa vision de l’état plateforme. Le texte qui suit reproduit quelques-unes de ses réflexions :

Le temps de la multitude

« En 2016, La France est surendettée à 96,5 % du PIB ; La dette explose. Elle se révèle incapable de sortir du rouge même en période de reprise économique et l’État a montré son impuissance à gérer les finances publiques avec l’hyperkeynésianisme, qui a conduit à la destruction des finances publiques et l’ultralibéralisme et qui a conduit à la perversion la finance privée.

On entre aujourd’hui dans l’économie de l’immatériel. C’est la puissance des individus connectés : la puissance est à l’extérieur des organisations. C’est la puissance de ce qu’on appelle la multitude.

Innovateurs radicaux, porteurs de nouvelles visions stratégiques, les entrepreneurs se sont emparés des technologies, du réseau et des nouvelles aspirations sociales. Ils ont fondé une nouvelle manière d’entreprendre. La clé du succès pour l’entrepreneur de l’économie numérique, c’est de réussir l’harmonie entre le monde hyperfluide et la puissance de la multitude. C’est également la planche de salut pour les anciennes organisations.

Une plate-forme est un catalyseur d’intelligence collective qui profite de la valeur ajoutée collectée en raffinant les données et les actions de l’ensemble des parties prenantes.

La plateformisation est-elle une solution au surendettement de l’État et à ses déficits budgétaires ?

Et, si grâce au numérique, l’État devenait agile, transparent, efficace et capable de produire de nouveaux services pour et avec les citoyens ? Pourquoi l’État ne pourrait-il pas s’inspirer de l’entreprise numérique, pour se réformer ? Notamment en multipliant les services coproduits par le public et le privé.

Une entreprise numérique connaît des rendements croissants et une innovation continue grâce au suivi régulier et systématique de l’activité de ses utilisateurs. C’est un modèle à suivre pour l’État ou bien doit-il déléguer cela à des entreprises privées ?

Si la réponse est OUI, alors il faut se poser la question : est-ce que l’intervention publique a-t-elle encore un sens dans le monde du numérique ? Demain les multinationales du numérique, les GAFAM américaines et les BATX chinoises se substitueront-elles aux gouvernements ? Quelles seront les conséquences en termes de menaces et d’opportunités pour l’individu ? Le qualificatif de « citoyen » a-t-il encore du sens ?

La plateformisation peut concerner l’État et les services publics, les administrations et les établissements publics. Depuis 2013, des agents publics déterminés, de petites équipes maîtrisant parfaitement les codes du numérique ont revivifié les valeurs de sens, d’autonomie et de responsabilité trop souvent absentes des grandes organisations. Dans une exceptionnelle frugalité de moyens, elles ont produit des services publics numériques plébiscités par leurs usagers. Par analogie avec les méthodes de production et d’organisation des startups, des « startups d’État » sont apparues. Elles ne visent ni le profit ni l’entrée en bourse.

Pour qu’elle ne demeure pas un simple témoignage, il reste à en décider et à en organiser le passage à grande échelle pour engager une réelle et profonde conversion numérique de l’État.

La plateformisation peut ainsi galvaniser une génération d’intrapreneurs de la fonction publique et émanciper une foule de contributeurs qui créeront des milliers de filières simplifiées, soulageant des millions de Français et dégageant d’énormes gains d’efficacité. »

Voir les slides projetés durant son intervention : https://www.forumatena.org/files/ppt-atelier-0318-2.pdf

< Revenir à la newsletter

 

Auteur: 
Christophe Dubois Damien

Ajouter un commentaire

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Vous pouvez utiliser du code PHP. Vous devrez inclure les tags <?php ?>.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.